Enquêtes et reportages - 1 an - 3 numéros - 39€ (au lieu de 45€) - Abonnez-vous 1 an - 3 numéros - 39€ (au lieu de 45€) - Abonnez-vous

Revue Du Crieur

Mediapart la découverte
  • Suivez-nous
  • Twitter
  • Facebook

Sommaire

Numéro Revue Du Crieur
L'islamologie est un sport de combat

De Gilles Kepel à Olivier Roy, l'univers impitoyable des experts de l'islam

Par Leyla Dahkli

L’omniprésence de la question terroriste et de celle de l’islam dans les médias et les discours politiques contemporains a fait naître une nouvelle catégorie d’experts censés pouvoir nous expliquer ce qui nous arrive. Régulièrement convoqués pour commenter le terrorisme djihadiste, les recompositions de l’islam politique ou la situation au Proche-Orient, ils forment un monde à part, dans lequel savoir et pouvoir s’entrechoquent. Les quatre figures principales de ce qu’on appelle improprement l’« islamologie » française – François Burgat, Jean-Pierre Filiu, Gilles Kepel et Olivier Roy – enchaînent depuis des décennies des controverses qui se recomposent sans cesse ; les arguments déployés se nourrissent en effet de terrains variés, de stratégies politiques différentes, de formations et de convictions personnelles. Décryptage d’un univers intellectuel parfois impitoyable.

1 numéro = 10 enquêtes + 1 reportage photo + 160 pages / 3 numéros = 39€/an (au lieu de 45€) abonnez-vous
À quoi pense l'armée

Comment la France prépare sa « guerre contre le terrorisme »

Par David Servenay

Depuis le 13 novembre 2015, un bras de fer souterrain remonte à la surface du débat public. Les attentats de Paris ont agi comme un révélateur, une fracture au cœur du pouvoir. L'enjeu est de savoir qui va exercer le « monopole de la violence légitime » dans la « guerre » promise aux « terroristes » : l’armée ou la police ? Cette tension pourrait bien faire basculer notre système démocratique dans une mécanique infernale. Qui pense la guerre aujourd’hui en France ? Les politiques ou les universitaires ? Les policiers ou les militaires ? Pour comprendre les termes de ce débat, il est nécessaire de remonter à la racine doctrinale et intellectuelle de la guerre moderne.

Le problème Saoudien

Le wahhabisme, rempart ou inspirateur de l’État islamique ?

Par Laurent Bonnefoy et Stéphane Lacroix

Daech est-il l'enfant illégitime des monarchies du Golfe ? Et l'Arabie saoudite un « État islamique qui a réussi » ? Les attentats du 13 novembre ont relancé le débat sur le rôle de l'idéologie wahhabite – version ultra-puritaine de l’islam née au XVIIIe siècle sur le territoire de l'actuelle Arabie saoudite – dans l'essor idéologique, politique et financier des djihadistes, et sur les contradictions entre la guerre contre Daech et l’alliance avec l'Arabie saoudite. Comprendre si l'islam rigoriste promu dans le Golfe constitue plutôt un sas vers la guerre sainte ou un barrage contre le djihadisme exige de saisir la genèse contradictoire de ces notions, la spécificité d’un pouvoir saoudien qui articule de manière très particulière les rapports entre politique et religieux, mais aussi les ambiguïtés de la realpolitik moyen-orientale.

Dans la tête de l'État Islamique

Par Myriam Benraad

Depuis son émergence en 2006, produit de la marginalisation brutale des Arabes sunnites en Irak, l’État islamique a orienté sa propagande et son recrutement autour de la notion d’humiliation, appelant une revanche. De ses publications aux chants belliqueux entonnés par ses combattants dans les territoires conquis, la prétention du « califat » autoproclamé à offrir un refuge à tous les « parias » de l’ordre mondial est une dimension décisive à la compréhension de sa puissance, aussi bien militaire qu’idéologique, comme de sa faculté à se régénérer sur le temps long. Sans prendre en considération cette dimension symbolique et la mobilisation qu’elle articule, la stratégie de lutte contre l’expansion djihadiste est un vain mot.

«Je suis en terrasse », ou le retour du nationalisme ?

Sur le « mode de vie » français et ses zélateurs

Par Blaise Wilfert-Portal

Depuis les années 1990, la France entretient un rapport à nouveau passionné à son « identité nationale », comme en témoignent la montée en puissance du FN ou la multiplication des « intellectuels » réactionnaires, à gauche comme à droite. La question identitaire est redevenue centrale et a construit une nouvelle hégémonie, massive, à côté, voire contre le discours « républicain ». Aux lendemains des massacres du 13 novembre à Paris, c’est une vague de réactions crypto-nationalistes d’un genre particulier qui a déferlé. Le « mode de vie » français - prétendument joyeux et festif, gentiment paillard et coquin, tolérant et cosmopolite - a servi d’étendard tricolore contre l’« agression puritaine » de Daech. ce nationalisme culturaliste n’est pas aussi « innocent » qu’il en a l’air. Il fait partie du répertoire communément mobilisé depuis le XIXe siècle lorsque la « nation est en péril », et s’articule à des formes de chauvinisme plus explicitement agressives.

Limit

Telephotography

La téléphotographie-limite est une technique permettant de photographier les bases militaires américaines classifiées. Nombre de ces sites, entourés de zones tampons de plusieurs dizaines de kilomètres, sont en effet si éloignés qu’on ne peut les percevoir à l’œil nu.

L'Académie Française, une zone de non-droit en plein Paris

Enquête sur une institution richissime et hors-la-loi

Par Dania Garcia

L’Académie française... Cette institution vieille de près de quatre siècles ne suscite généralement plus guère qu’indifférence polie ou rejet sans appel. Au point que « la vieille dame du quai Conti » peine à rameuter des candidats prestigieux. C’est pourtant un monde particulièrement accueillant que les habits verts se sont concocté sous l’égide de l’Institut de France (qui regroupe l’ensemble des académies). Un monde riche à millions, une énorme machine patrimoniale qui garantit à certains de ses membres sinon une pension digne de ce nom, au moins un somptueux hébergement, ad vitam, dans les plus beaux quartiers de la capitale. Et, surtout, l’assurance que jamais les services de l’État ne se montreront trop regardants quant à d’éventuelles dépenses somptuaires ou à-côtés mirobolants...

La philosophie au service de l'entreprise

Pourquoi le CAC 40 s'intéresse à Platon

Par Gaspard Dhellemmes

Le nouvel impérialisme neuronal

Par Nicolas Chevassus-au-Louis

Le projet politique des neurosciences continue d’avancer sous le masque de la neutralité scientifique et à l’abri de l’imagerie cérébrale. Mais le nouvel impérialisme neuronal ne se borne plus à vouloir expliquer les comportements individuels via un réductionnisme biologique trouvant dans le cerveau la réponse ultime à l’énigme de l’homme. Il se déploie en direction des sciences sociales, qu’il prétend annexer et transformer de sciences « molles » en sciences « dures » : neuroanthropologie, neuroéconomie, neurohistoire et même neurodroit, puisque le recours à l’IRM est devenu possible pour les « expertises judiciaires » depuis 2011. Cet expansionnisme, abondamment financé par les agences de recherche, se heurte pourtant à de nombreux obstacles, à commencer par une conception extrêmement appauvrie du monde social et des protocoles d’expériences très peu scientifiques. Plongée dans un nouveau paradigme tapageur...

Planète Rihanna

Voyage autour d'une icône pop

Par Jean-Pierre Filiu

Comme Bob Marley quelques décennies avant elle, Rihanna a placé très haut l'étoile des Caraïbes sur la carte du ciel de la musique pop. Cette native de la Barbade s'est en effet vue propulsée star mondiale en l'espace de quelques déhanchements et accroches vocales audacieux, pour ne plus quitter le haut des charts. Comme son prestigieux aîné, elle a sublimé sa vie passée, douloureuse et complexe, en chansons de violences et de flingues, tout en mettant en scène sa condition de femme battue et racialisée. Mais elle l'a fait en se transformant en publicité vivante pour des parapluies, des rasoirs pour femmes ou des déodorants, et en promouvant une figure de self-made woman entièrement dévouée à sa réussite commerciale.

1 numéro = 10 enquêtes + 1 reportage photo + 160 pages / 3 numéros = 39€/an (au lieu de 45€) abonnez-vous

L'étrange passion asiatique pour le judaïsme

Par Ross Arbes

En 2011, l'ambassadeur de Corée du Sud en Israël affirmait à la télévision publique que « chaque famille coréenne possède au moins un exemplaire du Talmud ». Dans ce pays dénué de toute population juive, où les études et l'éducation sont particulièrement valorisées, règne en effet un étrange philosémitisme qui confère une connotation positive à quelques-uns des pires clichés antisémites. Ainsi les juifs y sont-ils perçus comme excellant dans le monde des affaires ou dans le domaine intellectuel et doivent donc être pris pour exemple par les jeunes Coréens désireux de réussir. Cela passe par des déclinaisons inattendues du Talmud, fort éloignées de la complexité des textes ancestraux. Enquête sur une étrange passion asiatique, du Japon à la Chine, en passant par la Corée du Sud.

Un intellectuel discret au service du capital

À la recherche des véritables penseurs de droite

Par Razmig Keucheyan

Du réactionnaire Alain Finkielkraut au libéral Jacques Attali, les figures emblématiques de la pensée de droite ne sont souvent plus que des épiphénomènes ayant pour fonction de façonner la rhétorique médiatique de l’ordre dominant. S’ils ont les honneurs répétés des télés, leur pouvoir est finalement moins grand que celui de praticiens et producteurs d’idées qui se chargent de fabriquer les concepts et techniques du capitalisme mondial : l’innovation technologique, la création de produits financiers ou encore la conquête incessante de nouveaux marchés. La preuve par l’exemple avec Emmanuel Gaillard, théoricien mondialement reconnu de l’arbitrage - institution centrale du capitalisme contemporain chargée de régler les litiges entre les investisseurs privés internationaux (multinationales, hedge funds...) et les États - et lecteur de Pierre Bourdieu.

les auteurs du crieur 03

Ross Arbes - Journaliste
Myriam Benraad - Chercheuse
Laurent Bonnefoy - Chercheur
Nicolas Chevassus-au-Louis - Journaliste
Leyla Dakhli - Chercheuse
Gaspard Dhellemmes - Journaliste
Jean-Pierre Filiu - Professeur
Daniel Garcia - Journaliste
Razmig Keucheyan - Enseignant
Stéphane Lacroix - Professeur
Trevor Paglen - Artiste
David Servenay - Journaliste
Blaise Wilfert-Portal - Enseignant
Voir tous les auteurs

Les Archives

Revue du crieur numero 1

01

Juin 2015

  • Les principaux auteurs
  • Olivier Alexandre
  • Ludivine Bantigny
  • Thomas Brisson
  • Dan Israel
  • Yves Pagès
  • ...
Revue du crieur numero 2

02

Octobre 2015

  • Les principaux auteurs
  • Philippe Bihouix
  • Joseph Confavreux
  • François Cusset
  • Oulimata Gueye
  • Ludovic Lamant
  • ...

Découvrez la Revue du crieur dédiée aux idées et à la culture !

Enquêtes exclusives et reportages photographiques  1 an  3 numéros  43 €

Abonnez-vous