Enquêtes et reportages - 1 an - 3 numéros - 39€ (au lieu de 45€) - Abonnez-vous 1 an - 3 numéros - 39€ (au lieu de 45€) - Abonnez-vous

Revue Du Crieur

Mediapart la découverte
  • Suivez-nous
  • Twitter
  • Facebook

Sommaire

Numéro Revue Du Crieur
Quand les ultra-riches se préparent au pire

Reportage chez les survivalistes de la Silicon Valley

Par Evan Osnos

Lorsqu'on pense aux «survivalistes» – ces hommes et ces femmes qui se préparent à la fin du monde –, viennent principalement à l'esprit des images d'Américains paranoïaques ou de sécessionnistes adeptes des armes à feu et vivant déjà aux marges de la société. Mais l'apparente déraison de ces «preppers» semble saisir depuis peu une tout autre catégorie de la population, celle des ultra-riches, issus de la Silicon Valley, de start-up new-yorkaises ou de hedge funds californiens. Censés afficher leur confiance en l'avenir (technologique) de l'homme et un rapport raisonnable à notre futur, ils commencent en réalité à stocker vivres et munitions, à acheter des terrains reculés et à se faire construire des bunkers de luxe. Ce qu'ils craignent est toutefois moins la fin du monde que la fin de leur monde: la grande revanche des «exclus» de la modernité américaine, les pauvres, les Noirs, les Latinos...

1 numéro = 10 enquêtes + 1 reportage photo + 160 pages / 3 numéros = 39€/an (au lieu de 45€) abonnez-vous
Le centre Pompidou, une utopie rouillée

Dans les tuyaux d'une usine culturelle

Par Bernard Hasquenoph et Marion Rousset

Derrière sa façade colorée, Beaubourg – une des plus grosses institutions culturelles de France – ploie sous la pression à la rentabilité. Le Centre ressemble de plus en plus à un paquebot à la dérive jouant des muscles dans la compétition internationale entre musées et tentant de rivaliser avec les fondations privées.

Les impasses du développement personnel

Par Nicolas Marquis

Trois amis en quête de sagesse, Le Pouvoir du moment présent, Les Quatre Accords toltèques, etc., autant d'énormes bestsellers qui ont remplacé, année après année, les austères ouvrages de psychanalyse et de psychologie dans les rayons des librairies, comme vade-mecum contre les maux du monde contemporain. Tous relèvent de ce que l'on appelle le «développement personnel», soit un corpus extrêmement varié de pratiques et conseils censés donner aux individus les moyens de se surpasser ou de rendre leur vie meilleure. Souvent perçu comme une injonction à la concurrence, à l'autonomie individuelle ou au «bien-être», le développement personnel est considéré par beaucoup comme un symptôme de l'ère néolibérale. En réalité, c'est un phénomène qui remonte aux racines de l'individualisme, quand, à l'orée de l'époque moderne aux États-Unis, la mythologie des possibilités illimitées, extérieures (le Far-West) et intérieures (la puissance présente en chaque être humain), a rencontré la doctrine protestante de la réussite individuelle comme signe annonciateur du salut de l'âme.

Quand le rap tue vraiment

Dix-mois en immersion dans un gang de Chicago

Par Forrest Stuart

L'intersectionnalité, enquête sur une notion qui dérange

Les usages d'un concept fécond accusé d'être abscons

Par Gildas Le Dem

1976. Cinq femmes noires portent plainte contre leur employeur, le géant de l'automobile General Motors. La justice américaine, s'appuyant sur les catégories séparées de «genre» et de «race», se révèle incapable de prendre en compte la spécificité de la discrimination qui s'exerce sur elles – elles sont à la fois femmes et noires. C'est précisément pour en rendre raison que Kimberlé Crenshaw, féministe et théoricienne du droit, invente le concept d'intersectionnalité. S'il relève désormais du lexique politique courant aux États-Unis, au sein des luttes féministes ou du mouvement Black Lives Matter, par exemple, il est attaqué de toutes parts en France. D'un côté, on lui reproche son irénisme ou son académisme, de l'autre, son rejet de l'universalisme ou de la lutte des classes. L'intersectionnalité est pourtant avant tout un concept stratégique qui vise à comprendre l'interaction et la relation entre différents modes de domination et à négocier, en les intégrant, à partir des tensions et désaccords qui traversent les luttes.

Vendetta

Le sang versé s'effacera par le sang repris.

Il règne dans les montagnes albanaises une archaïque loi du Talion selon laquelle une famille dont l'un des membres a été tué a l'obligation de se venger en versant le sang dans la famille de l'assassin. Femmes et enfants sont aussi la cible – et parfois les agents actifs – de cette vendetta.

Ce que pensent (vraiment) les djihadistes

Sur une controverse qui ne veut pas finir

Par Laurent Bonnefoy

À mesure que les attentats s'égrènent, de Paris à Nice, d'Orlando à Stockholm, de Bagdad à Lagos, l'interprétation du phénomène djihadiste se brouille et se clive. Face aux apories de la «djihadologie» et de l'islamologie, devenues des sports de combat politiques et médiatiques, comprendre, pour mieux le combattre, le djihadisme contemporain exige de ne pas prendre pour argent comptant l'idéologie qu'il prétend incarner. Ses métamorphoses et ses débats internes, symbolisés notamment par la ligne de fracture entre al-Qaïda et l'Organisation de l'État islamique, racontent une tout autre histoire. Alors que les controverses s'accentuent, parfois dans le but de capter les dividendes concrets ou symboliques de financements qui affluent pour mettre en place des «solutions» peu efficaces fondées sur des diagnostics erronés, plusieurs préalables analytiques s'imposent.

Ce qu'il reste des citoyens du monde

Par Isabelle Mayault

«Citoyen du monde», c’est ainsi que Gérard Depardieu s’est défini afin de justifier sa décision de quitter l’espace fiscal français pour la Russie. C’est aussi le titre que le milliardaire Carlos Ghosn a choisi pour son autobiographie. Avec ce genre d’hommage, on est bien loin du projet d’internationalisme citoyen formulé au sortir de la Seconde Guerre mondiale par le militant pacifiste américain Garry Davis. Ces deux exemples, pourtant, disent quelque chose de ce à quoi renvoie ce «label» aujourd’hui: un humanisme galvaudé, une façon «premier degré» ou cynique, selon la sensibilité, de prétendre s’inscrire dans un monde globalisé. Que s’est-il passé depuis les glorieuses années où Garry Davis faisait la une des journaux en renonçant à son passeport américain? Que reste-t-il du réseau associatif et de ses 200 000 encartés de par le monde? Enquête sur le mouvement des Citoyens du monde, son essoufflement progressif, mais aussi ses idées toujours pertinentes pour penser notre rapport aux frontières aujourd’hui.

De Dubaï au Qatar, la culture asservie

Par Antoine Pecqueur et Céline Portes

Musées, opéras, théâtres, universités ou bibliothèques sont censés remplacer peu à peu, des émirats au Koweït, les tours rivalisant de hauteur et les malls de luxe avec pistes skiables. Les puissances occidentales entendent bien participer à cet essor, en vendant leurs marques culturelles et leurs compétences.

Les déchirements du spectacle vivant

Théâtre, danse, cirque, musique, arts de la rue… : se réinventer ou disparaître

Par Valérie de Saint-Do

Malgré la gravité de la situation du spectacle vivant, la majorité des acteurs installés font aujourd'hui le dos rond et naviguent entre clientélisme et renoncement. Seule une minorité cherche à réinventer un paysage public des arts de la scène en prise sur les enjeux politiques et sociaux de son temps.

1 numéro = 10 enquêtes + 1 reportage photo + 160 pages / 3 numéros = 39€/an (au lieu de 45€) abonnez-vous
Les humanités numériques, gadget ou progrès

Enquête sur une guerre souterraine au sein de la recherche

Par Pierre Mounier

Les humanités numériques, tarte à la crème des discours sur l'innovation à l'Université, sont aujourd'hui confrontées à la lourde tâche de se hisser à la hauteur des promesses qu'elles annoncent depuis quelques années déjà. L'application de la puissance de calcul des ordinateurs contemporains aux montagnes de données numérisées sur l'histoire de la culture humaine laisse en effet espérer des résultats inédits et un décentrement du regard propre à renouveler notre rapport aux sciences humaines. Mais cette possibilité est aujourd'hui largement grevée en raison de son enrôlement par les sciences «dures» et les mathématiques. Cet agencement d'un genre nouveau fait de notre monde social un objet non plus de connaissance, mais de prédiction et de contrôle géré par une logique technocratique. On le voit, les enjeux ne sont pas minces, qui consistent à sortir les humanités numériques de leur gangue technoscientifique pour en faire de véritables outils critiques.

les auteurs du crieur 06

Laurent Bonnefoy
 - Chercheur
Bernard Hasquenoph - Journaliste
Guillaume Herbaut - Photographe
Gildas Le Dem - Journaliste
Nicolas Marquis - Sociologue
Isabelle Mayault - Journaliste
Pierre Mounier - Chercheur
Evan Osnos - Journaliste
Antoine Pecqueur - Journaliste
Céline Portes - Journaliste
Marion Rousset - Journaliste
Valérie de Saint-Do - Journaliste
Forrest Stuart - Sociologue
Voir tous les auteurs

Les Archives

Revue du crieur numero 6

06

Février 2017

  • Les principaux auteurs
  • Aurore Gorius
  • Mathieu Magnaudeix
  • Laurence De Cock
  • Jean-Pierre Filiu
  • Antoine Pecqueur
  • ...
Revue du crieur numero 5

05

Octobre 2016

  • Les principaux auteurs
  • Laura Raim
  • Julien Théry-Astuc
  • Jade Lindgaard
  • Pablo Servigne
  • Camille Dugrand
  • ...

Découvrez la Revue du crieur dédiée aux idées et à la culture !

Enquêtes exclusives et reportages photographiques  1 an  3 numéros  43 €

Abonnez-vous